Briser le tabou de l'incontinence

Briser le tabou de l'incontinence

Briser le tabou de l'incontinence

Ce bien connu que les gens ne parlent pas volontiers de l'incontinence. Mais notre étude a creusé plus loin. Les résultats montrent à quel point la douleur est profonde chez les personnes touchées ainsi que l'impact sur leur bien-être et sur la vie quotidienne.

Plusieurs millions d'Européens de plus de 45ans souffrent en silence. Ils évitent des activités comme le sport, voyagent le moins possible et ne sortent plus avec leurs amis et connaissances. Leur vie sexuelle est, elle aussi, inexistante à cause de l'incontinence. Ils essaient de sauver la face avec des excuses et des solutions de fortune. Sans rien dire à leur partenaire, leur famille et leurs amis. Et ce, alors qu'ils se trouvent à une période de la vie où ils ont en principe plus de temps pour profiter de la vie.

Les personnes atteintes d'incontinence déclarent qu'une meilleure information est indispensable. Elles ressentent l'incontinence comme un sujet tabou. La communauté devrait être davantage ouverte à l'égard de l'incontinence.

Nous estimons que le moment est venu de rompre le silence. Nous plaidons en faveur des millions de personnes devant vivre avec l'incontinence. Elles doivent savoir qu'elles ne sont pas seules. HARTMANN préconise une approche ouverte, respectueuse. Nous souhaitons faire connaître les bonnes solutions qui existent. Pour que les personnes concernées puissent maîtriser l'incontinence dans leur vie quotidienne, et non l'inverse.

À propos de l'étude


À la demande de HARTMANN, le bureau d'études Edelman Intelligence a conduit, fin 2019, une étude sur l'incontinence dans cinq pays d'Europe. 2311hommes et femmes de 45ans et plus, souffrant d'incontinence, y ont participé. Ils ont répondu à une série de questions pendant une quinzaine de minutes, via un questionnaire en ligne. Les personnes interrogées étaient issues d'Allemagne, de France, d'Espagne, de République tchèque et de Suisse. Vous trouverez ci-dessous les huit résultats les plus marquants de cette enquête.

  1. L'incontinence a très souvent un impact négatif sur le quotidien

    La majorité des personnes atteintes d'incontinence constatent que leur affection influence leur vie quotidienne de manière négative. Et l'impact est profond. L'incontinence est néfaste pour l'estime de soi et le bien-être psychologique des personnes, mais aussi pour leurs relations, leur vie sexuelle, leur vie sociale, leurs loisirs et leurs intérêts. Il ressort que les hommes et femmes d'Allemagne et de France souffrent le plus de conséquences négatives (74 et 73pour cent).

  2. L'incontinence a de graves conséquences émotionnelles
    Les personnes souffrant d'incontinence éprouvent continuellement toutes sortes de sentiments et pensées négatifs, tels que la honte, l'inquiétude et l'insécurité. Avec à la clé, une baisse de la confiance en soi. Environ la moitié des Français, Allemands, Tchèques et Espagnols interrogés déclarent se sentir vieux et peu attractifs à cause de l'incontinence.

  3. Dans un premier temps, de nombreuses personnes tentent de nier l'incontinence
    Dès que les premiers symptômes d'incontinence se manifestent, bon nombre essaient encore de les minimiser. Sur les personnes interrogées, plus de la moitié (52pour cent) pensaient que le problème était passager et disparaîtrait spontanément. 70pour cent n'ont pas envisagé les symptômes comme un problème et essayaient d'y penser le moins possible.

  4. Bon nombre de personnes tentent de cacher leur incontinence et souffrent en silence
    La première réaction des personnes atteintes d'incontinence consiste, en général, à garder le problème pour soi. Au cours des premières semaines, peu de personnes en parlent avec leur partenaire, leurs proches ou leurs amis. Et beaucoup ne le feront jamais. En moyenne, 43pour cent des personnes interrogées vivant en couple n'ont jamais parlé de l'incontinence avec leur partenaire. Principale raison: honte et espoir que les symptômes disparaissent.

  5. Les personnes débordent d'imagination pour dissimuler l'incontinence
    Le truc le plus souvent utilisé par les personnes atteintes d'incontinence consiste simplement à se rendre souvent aux toilettes. Mais elles font aussi appel à des tours de passe-passe plus complexes. Comme le repérage immédiat des toilettes lorsqu'elles se trouvent dans un endroit peu familier. Elles emportent aussi avec elles des sous-vêtements de rechange ou tout autre matériel d'urgence. Près d'un quart des personnes interrogées va jusqu'à couvrir leur slip de papier toilette.

  6. Les personnes qui parlent ouvertement de l'incontinence constatent un effet positif
    Parler avec autrui exerce un effet positif sur la relation et sur la confiance en soi. Les personnes ayant parlé avec leur partenaire de leur incontinence se sont senties soutenues et plus fortes dans 6cas sur 10. Avantage supplémentaire: le rapprochement fait du bien aux deux partenaires et a un effet positif sur la relation.

  7. La balle est aussi dans le camp de la société
    Lorsqu'on aborde le thème de l'incontinence, nous parlons aussi des barrières au sein de la communauté. Bon nombre des personnes interrogées estiment que les opinions générales sur l'incontinence ne sont pas correctes. Par exemple, que l'incontinence ne concerne que les personnes âgées. C'est un sujet qui est encore bien trop souvent tabou. Les personnes atteintes d'incontinence sont stigmatisées. Six personnes sur dix souhaitent que la société soit plus ouverte face à l'incontinence.

  8. Plus d'information et de sensibilisationsouhaitées!
    Les personnes atteintes d'incontinence déplorent le manque d'information sur leur affection, et estiment qu'une plus grande sensibilisation est nécessaire. Près de 70pour cent des personnes interrogées partagent cet avis. Plus d'informations, que ce soit sur les produits d'incontinence ou sur les données médicales, devraient leur permettre de mieux la prendre en charge.
Briser le tabou de l'incontinence